Le blog de M MARINI (Histoire-Géographie)

Robert Pénelon Février 2013

Par M G, publié le samedi 16 septembre 2017 10:34 - Mis à jour le samedi 16 septembre 2017 10:52
penelon 2013c.png

Intervention de Robert Pénelon au Lycée des Trois Sources

Groupe ES de la Terminale ES/S ; classe de Jean-Pierre Marini
Le vendredi 1er février 2013 ; 11h00 à 12h00
Thème :la mémoire de la 2nde Guerre Mondiale
 

A signaler les émissions (du 28 janvier au 1er février 2013) de France Culture (www.franceculture.com ) sur la Résistance (et sa mémoire) sur le site aller sur « émissions » chercher « Fabrique de l’Histoire (la) » et vous pouvez (ré)écouter l’émission.

Présentation de Robert Pénelon

Né dans les années 1930 et habitant Romans (zone non occupée de 1940 à novembre 1942), Robert Pénelon a vécu, enfant, toute la période de la guerre, de la dictature du Maréchal Pétain puis de l’Occupation allemande. Il intervient aussi comme président de l’ASSOCIATION NATIONALE DES ANCIENS COMBATTANTS ET AMIS DE LA RESISTANCE (ANACR) de la région de Valence. A ce titre il connaît et a connu beaucoup d’anciens témoins ou acteurs de cette période.

 

Intervention de Robert Pénelon

Pendant les 1800 jours de la 2ème Guerre Mondiale, la vie des Français a été très difficile et a laissé de nombreuses traces dans les souvenirs. Robert Pénelon rappelle les faits avec en 1939-1940 la période de la Drôle de Guerre puis au printemps 1940 l’invasion du pays et la très dure bataille de France qui voit la défaite de nos armées. Le général de Gaulle et une poignée d’irreductibles repliés à Londres, refusent de cesser le combat. Mais en France, le 10 juillet 1940, est fondé l’Etat Français sur l’acceptation de la défaite. Ce nouveau régime est dirigé de Vichy par le maréchal Pétain. Ce régime accepte la situation de l’armistice qui voit la France démembrée en plusieurs zones. Il fonde aussi un Etat autoritaire qui veut collaborer avec l’Allemagne nazie. Un Etat qui tourne le dos aux principes des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

Ce qui frappe pendant cette période c’est la faim, le froid, la peur et le sentiment d’injustice. A cela s’ajoute le travail obligatoire des jeunes Français pour les Allemands (S.T.O.) qui provoque une sympathie croissante pour la Résistance laquelle commence à s’organiser. Cette Résistance se heurte à une forte répression y compris des autorités françaises de Vichy et aux dénonciations de Français traîtres. Cette situation de division entre Français a laissé des traces profondes dans la mémoire de la guerre même si le mythe développé, après guerre, d’une France presque entièrement unie dans la résistance va recouvrir cette réalité des profondes divisions entre Français.

Autre élément de l’Après Guerre : le sentiment général de dégradation. Dégradation des bâtiments et infrastructures (ponts, voies ferrées, gare,… détruits). Dégradation de l’état de santé des populations du fait du manque chronique de nourriture. Le rationnement était lié d’abord aux prélèvements par l’Occupant (1940-1944) puis à la désorganisation de l’économie. Il se poursuit jusqu’en 1951 !

Le sentiment des Français d’après la 2ème Guerre Mondiale c’est aussi la volonté de reconstruire la France. D’abord sur un plan matériel après les destructions dont certaines restent longtemps dans le paysage quotidien. Ensuite sur un plan moral avec le programme C.N.R., le Conseil National de la Résistance, qui met en avant la justice sociale, les nationalisations, l’intervention de l’Etat dans l’économie.

Suite à son intervention, Robert Pénelon répond aux questions des élèves de la classe.

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Catégories
  • Rencontres